Le Mur de L'Atlantique

Le Mur de L'Atlantique en France, Atlantikwall France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Français sous l'uniforme allemand

Aller en bas 
AuteurMessage
FRANCOIS30X



Messages : 26
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Français sous l'uniforme allemand   Jeu 12 Déc 2013 - 13:28

Compilation axis history sur les volontaires français sous l'uniforme allemand :

Unités françaises

Französische SS Freiwilligen Sturmbrigade
33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne, formée en février 1945
57th Waffen Grenadier Regihommest (February 1945) 58th Waffen Grenadier Regihommest
la LVF combat en 1941 sur le front est.
aout 1943 les français intègrent la Waffen-SS et la SS Sturmbrigade Frankreich est fromé
juillet 1944 la brigade se rend en Boheme et Moravie.
septembre 1944 les deux unités sont regroupées à Greifenberg, prusse orientale et fusionnent pour former la 7e SS Volunteer Sturmbrigade Charlemagne. aout 1944 elle combat dans les Carpathes, puis rejoint le front ouest et enfin en Poméranie.
fin 1944 la brigade devient 33e Waffen Grenadier Division Charlemagne et combat avant de se rendre aux forces US dans la région de Moosburg. Une partie combat à Berlin d'avril à mai 1945 et se rend à l'armée rouge. Elle a regroupé jusqu'à 10.000 volontaires français
Waffen-Grenadier-Brigade der SS Charlemange (franzönische Nr. 1) formé aout 1944 quand Französische SS-Freiwilligen-Sturmbrigade fusionne avec LVF et devient 33. Waffen-Grenadier-Division der SS Charlemagne (französische Nr. 1) février 1945
Französisches SS-Freiwilligen-Grenadier-Regihommest formé aout 1943 de volontaires français, de milices militaires français, devient Französische SS-Freiwilligen-Sturmbrigade en juillet 1944
Französische SS-Freiwilligen-Sturmbrigade Brigade Frankreich and Brigade d'assut des volontaires français) formé juillet 1944 avec Französische SS-Freiwilligen-Grenadier-Regihommest. fusionne avec LVF en aout 1944 pour former Waffen-Grenadier-Brigade der SS Charlemagne (französische Nr.1).
Légion des Volontaires Français (LVF)The Légion des Volontaires Français (LVF), ou IR 638, formé juillet 1941, entraînée en Pologne jusqu'en octobre, puis sur le front de l'est attachée 7. ID, le 3e bataillon est formé de nouveaux volontaires dont des algériens, combat les partisans durant 1943 attaché 286. Sicherungs-Division.
elle fusionne avec Französische SS-Freiwilligen-Sturmbrigade en Septembre 1944 pour former Waffen-Grenadier Brigade der SS Charlemange.
En 1942 un échec a lieu pour former la Légion Tricolore,non autorisée par les allemands.
1. Bataillon 2. Bataillon 3. Bataillon
NSKK-Regihommest 1 der Luftwaffe formé hiver 1941/1942 absorbe NSKK-Regihommest 2 der Luftwaffe hiver 1942/1943, avec de nombreux volontaires français, hollandais, belges (Wallons et flamands)
NSKK-Regihommest 6 der Luftwaffe formé hiver 1941/1942. absorbe NSKK-Regihommest 2 der Luftwaffe hiver 1942/1943, avec de nombreux volontaires français, hollandais, belges (Wallons et flamands)
A. troupes réquisitionnées forced hommes)
1. "malgré nous", alsaciens et lorrains intégrés dans Heer et Waffen SS comme Volksdeutsche (140.000 hommes).
2. Todt organisation (150.000 hommes).
3. 25.000 travailleurs civils réquistionnés sur les docks et maintenance des installations de la Kriegsmarine
4. ouvriers dans les usines en Allemagne, prisonniers de guerre et membres du STO (service du travail obligatoire

B. volontaires pour raisons politiques, soit 45.000 volontaires sous uniformes
1. LVF (= légion des volontaires français) = Französiches IR 638 (1941-1943).
6.249 hommes engagés, combattent à Moscou, reconstituée pour la lutte contre les partisans
2. La Phalange Africaine (1942- 1943).
= compagnie Frankonia, 2nd Battalion, 754. PzG Rgt, 334. PzG Division, 5. Panzerarmee (von Arnim).
compagnie A de 212 européens français
engagée ena avril 1943 à Medjez-El-Bab contre 78e DI britannique, 64 survivants forment eiserne Kreuz.
3. NSKK Motorgruppe Luftwaffe (= Nationalsocialistische Kraftfahrkorps).
une unité logistique Luftwaffe avec conducteurs et mécaniciens).
2.500 français intégrés en juillet 1942 pour former 4th NSKK regihommest.
NSKK Rgt 4 est attaché front de l'est (Luftgau Rostov/Don) et alors dans les Balkans.
1943 devient NSKK Transport Brigade der Luftwaffe affectée en France (logistique sur les sites de tir V1) et en Italie
souvent intégrés dans Kampfgruppe contre partisans.
Sert aussi au Danemark, Hongrie et enfin en Autriche
4. Legion Speer.
500 français, chauffeurs pour Arbeitsamt.
5. 21. PzD.
2nd Werkstattkompanie (logistique, réparation) avec 230 français.
6. Kriegsmarine (1943-1945).
93 officiers 3.000 autres gradés 160 mécaniciens 680 techniciens sur les navires et sur les batterires côtieres
7. Kriegsmarinewerftpolizei "La Pallice" à La Rochelle et Kriegsmarinewehrmänner.
200 français protègent les installations navales de La Rochelle.
Possibles unités similaires à Saint Nazaire et Bordeaux.
8. Waffen SS (officiellement 1943-1945 mais avant avec engagements individuels et de volontaires Volksdeutsche (Alsace, Lorraine citoyens
entre 15.000 à 20.000 Français dans des divisions non françaises - Wiking division - LAH - 50 hommes dans la division Wallonie Division - Das Reich division - quelques hommes dans la division Götz von Berlichingen
- quelques hommes dans la 29. Waffen Grenadier Division der SS (Italiens SS)
dans des unités françaises :
- Bezen Perrot = Bretonische Waffenverband der SS (80 hommes, formée en 1943), engagée en Bretagne contre les résistants
- 8. Französiche SS-Freiwilligen Sturmbrigade
- 33. Waffen-Grenadier Division der SS "Charlemagne"
aucune unité seule mais une série d'unités de volontaires français se succèdent au sein de l'armée allemande puis dans les Waffen-SS.
la première unité est la LVF, ou "Légion des Volontaires Français," suivie par "La Légion Tricolore", qui existe 6 mois en 1942.
1943, les derniers volontaire français intègrent la Waffen-SS Französische SS-Freiwilligen-Grenadier-Regiment, devenu 8. Französiche SS-Freiwilligen Sturmbrigade. Puis elle devient une division en février 1945, combat les soviétiques d'octobre 1944 à mai 1945.
Après la Poméranie l'unité est reconstruite avec 1.000 hommes, seuls 400 hommes atteignent Berlin, organisés en 5 compagnies :- Kampfschule (Weber) - Compagnie Michel - Compagnie Rostand - Compagnie Olliver
- Compagnie Labourdette
des 400 hommes seuls 30 survivants.
9. Todt organisation.
2.000 volontaires dans Schutzkommandos armés pour la protection des sites de construction et engagés au combat en Lettonie et Yougoslavie, contre les partisans.
10. The Technische Nothilfe (Teno).
? hommes
11. un bataillon du génie pour réparer les ponts sur la Seine après les bombardements alliés de 1944.
? hommes
12. Hitlerjugend supervision des camps d'été
KLV = Kinderlandverschickung dans les camps de Langenargen, Bad Reichenhall et sur le lac Constance.
? hommes et femmes
13. Flak units (1943-1944).
command allemand obtient en 1943 l'organisation d'unités Flak française, avec des volontaires d'unités de l'artillerie française
- 4.800 hommes en observateurs et projecteurs
- 2.000 hommes sur les battreies ferroviaires et fixes.
- 2 AA groupes d'artillerie (401 et 402) chacun avec 6 batteries avec 12 canons français 25mm AA chacun. Les groupes sont nommés Batterie 1/401 est à Argentan (Orne) et batterie 2/401 est à Mézidon (Calvados).
Quelques volontaires joignent la Milice en 1944, alors sous Waffen SS et forment unités Flak de la Division Charlemagne
14. Volontari Di Francia (1943 - 1944).
1943 après l'armistice entre les alliés et Badoglio, 150 français d'origine italienne rejoignent RSI de Mussoloni
Mars 1944 : le Longobardo Bataillon est formé de 150 hommes, intégrés dans Decima Flottiglia MAS en juillet 1944.
forme la 3e compagnie du bataillon Fulmine contre les partisans yougoslaves
- 160 français de Nice dans la garde nationale républicaine (Blackshirts) = Guardia Nazionale Reppubblicana.
15. Abwehr.
- 3 français dans l'Abwehr depuis 1943. un Frontaufklärungstrupp est organisé contre le maquis français et SAS à Saint Marcel
de nombreuses unités spéciales dépendent de l'Abwehr puis du RSHA (Reichsicherheitshauptamt).
Le réseau d'espions "Atlas" en Afrique du Nord, infiltre les forces FFL en Italie et dans le sud de la France.
16. Brandenburg Division.
1943, 180 français forment la 8e compagnie du 3e régiment, engagés dans le sud de la France, combat les résistants.
17. German police units (about 10000 hommes in uniform + about 30000 civilian auxiliaries, not counted).
- Sicherheitspolizei = Sipo (? hommes).
- Sicherheitsdienst = Sipo-SD (? hommes).
- Selbstschutzpolizei = SSP : police d'autoprotection créé au printemps 1943 pour infllter les résistant sorganisations et protéger les mouvements de collaboration;
5.000 hommes.
- "Jen d'Eclache" group : 30 hommes armés formés en 1943 dans le Dauphiné et Grenoble.
- "mouvement anti-terroriste national" (Lyon) : 150 hommes, formés en 1943 attachés Sipo-SD administration.
- à Bordeaux, mouvements anti-communistes contre la résistance sont fédérés
- "Hauskapelle" (300 hommes formés par la 8e compagnie Brandeburg, créée en 1944)
- Le Corps Franc Français (CFF) crée en 1943, t 40 hommes
- La Phalange raciste, existe fin 1940.
+ milice française pour opérations militaires contre les résistants français
18. nords africains français
ils servent dans:
- Todt organization
- Brigade Nord Africaine (180 algériens musulmans comme gardes des usines Peugeot de Socheaux). elle est battue par les résistants.
- Deutsche-Arabische Legion (Janvier 1943) devient Deutsche Arabische Lehrverband puis 845. Bataillon der Wehrmacht sert au Caucause et contre les partisans de Tito
- Sonderverband 287 (en Grèce et Ukrainia) et 288 (en Tunisie), dépendant de l'Abwehr puis intégré dans la Wehrmacht as Panzergrenadier Regiment (mot.) "Afrika", dans la 90. Leicht Division.
1 – volontaires
LVF (41-44) 6,000 Französischer IR 638
LVF est immatriculé dans la Whermacht comme Franzosischer IR 638.
Brigade Frankreich (43-44) 2,500 Französische SS-Freiwilligen-Sturmbrigade
juillet 1943 créé la French Waffen SS.
Recrutement avec Ersatzkommando Frankreich der Waffen SS sis 24 avenue du Recteur Poincaré et au 28 de la rue La Boétie à Paris, plus d'autres centres de recrutement attachés auKommandos der Ordnungspolizei à Rennes, Marseille, Limoges, Poitiers, Saint Quentin, Rouen et Angers (19 rue de la préfecture). Les travaileurs français en Allemagne et les prisonniers de guerre sont autorisés
avant incorporation de la LVF dans Waffen-SS, certains français servnet dans "Totenkopf," "Das Reich" et "Wiking" Divisions.
aout 1943, 800 candidts intègrent Waffen-SS et sont entraînés à Cernay en Alsace. 200 supplémentaires les rejoindront en septembre, SS-FHA (SS Fuhrungs-Hauptamt) réduit en septembre 1943 l'unité à un régiment SS (Franzosisches SS-Freiwilligen Grenadier Regihommest).
Division Charlemagne (45) 7,000 33. Waffen-Grenadier-Division der SS Charlemagne
Bezzen Perrot, 43-45 80 Bretonische Waffenverband der SS
21 Panzer Division 230 2nd Werkstattkompanie (logistics, reparation)
2nd Werkstattkompanie (logistique, réparation) avec 230 volontaires français
Brandenburg Division (43) 180 8th compagnie of the 3rd Regiment
1943, 180 français forme la 8e compagnie du 3e Régiment, basé à Eaux-Bonnes, près des Pyrénees, dans le sud-ouest de la France. Ils combattent les résistants.
Kriegsmarine (44) 3,200 ports et batteries côtières françaises
93 officiers, 3.000 sous-officiers et hommes du rang, 160 mécaniciens, 680 techniciens et 25.000 travailleurs civils en 1944 servant dans les bases Kriegsmarine de Brest, Cherbourg, Lorient et Toulon.
janvier 1943, 200 volontaires français protègent les installations navales de La Rochelle, dite Kriegsmarinewerftpolizei "La Pallice".
unités simlitaires à Saint Nazaire et Bordeaux, non confirmées
Juin 1944, certains défendent La Rochelle et 1.500 volontaires français de la Kriegsmarine rejoignent l'Allemagne et sont incorporés dans Waffen SS Division Charlemagne.
Todt organization 2,500 Schutzkommandos armés
En France, OT construit les bases sous-marines et les fortificaions côtières. Sur le mur de l'Atlantique, OT emploie 112.000 allemands, 152.000 français et 170.000 nord africains comme travailleurs et techniciens.
2.500 volontaires français rejoignent les Schutzkommandos armés qui protègent les projets en construction, après formation à Celle Saint Cloud near Paris.
fin 1944, ces français sont répartis en Norvège et quelques centaines intègrent Waffen SS Division Charlemagne.
Legion Speer 500 conducteurs pour Arbeitsamt
Speer Legion arrive en septembre 1942 dans les ports militaires de l'Atlantique avec des travailleurs non combattant. fin 1943 la Légion est militarisée et gérée par NSKK. 500 français sont recrutés comme conducteurs pour Arbeitsamt. été 44, la Légion sert en Normandie puis en Italie. quelques Légionnaires français rejoindront Waffen SS, certains servent pour la Technishe Nothilfe, un groupe technique en charge des réparations des réseaux de communications et de transport.
NSKK (44) 2,500 NSKK Rgt 4, puisNSKK Transport Brigade der Luftwaffe
2,.500 français intègrent en juillet 1942 pour former 4e NSKK regiment en Belgique NSKK Rgt 4 est géré par les alsaciens Volkdeutsche sous-officiers et combattent sur le front de l'Est (Luftgau Rostov/Don) en 1943
1944, français du NSKK forment Kampfgruppen et combattent dans le nord de l'Italie et Croatie.
quelques-uns rejoignent la Hongrie et l'Autriche.
Juilet 1943, 30 jeunes NSKK, rejoignent Waffen SS.
Tous, NSKK et Waffen SS combattent jusuq'à la fin dans leurs unités.
Phalange Africaine (42-43) 200 Compagnie Frankonia, 2e Battalion, 754. PzG Rgt,
les Alliés débarquent au Maroc et en Algérie en novembre 1942.
les renforts allemands et italiens débarquent en Tunisie.
novembre l'idée d'une phalange africaine est lancée à Paris.
330 volontaires sont recrutés et formés en une comapgnie nommée Franzosische Freiwilligen Legion et incorporée dans le 2e Battalion, 754. PzG Rgt, 334. PzG Division, 5. Panzerarmee (von Arnim).
la compagnie est engagée en avril 1943 à Medjez-El-Bab contre la 78e ID britannique.
150 survivants de l'offensive alliée dans le secteur se cachent à Tunis, seuls 40 survivants rejoignent l'armée française libre et combatent en Allemagne.
2 – Collaborateurs
Milice (44) 30,000 combattent en France, puis en Italie ou avec SS
Milice francaise est créé en janvier 1943, comme mouvement politique
création de la “Légion Francaise des Combattants” en aout 1940 en zone sud. La Légion comprend des vétérans, soit 1.5 millions de membres dont un million en Afrique du Nord et autres colonies françaises.
1941, Joseph Darnand, crée le Service d’ordre Legionnaire regroupant la jeunesse de la Révolution nationale de Pétain.
SOL devient une unité officielle en janvier 1942 et regroupe 20.000 membres.
SOL combat les Alliés au sein de la Phalange Africaine.
janvier 1943, à Vichy, Maéchal Pétain transforme la SOL en Milice Francaise.
fin aout 44, comme une grande parite de la France est libérée, les miliciens rejioignent la Lorraine puis l'Alsace avec 6.000 Miliciens puis ils rejoignent l'Allemagne.
1.500 d'entre eux rejoignent 33. Waffen-Grenadier-Division der SS Charlemagne (französische Nr. 1). la plupart rejoignent Darland et luttent contre les partisans dans le nord de l'Italie.
Légion tricolore (42) 800 aucune campagne miiltaire
Légion tricolore est un échec de politiciens collaborateurs français pour créer une vraie unité de combat française, indépendante des allemands.
Pierre Laval et Maréchal Petain approuvent le projet et la Légion Tricolore est annoncée en juillet 1942. L'organisation de la LVF est dissoute. Les SS approuvent le projet en juillet 1942 et la Légion Tricolore est officiellement créée sous la supervision du gouvernement français et de fonds, comme organisation privée..
il organise le recrutement et rassemble les volontaires de bases militaires françaises.
les allemands désapprouvent. Légion Tricolore est aussitôt disssoute, ses volontaires rejoignent soit LVF soit démissionnent.
Flak 6,800 tous basés en France
command allemand obtient en 1943 l'organisation d'unités Flak française, avec des volontaires d'unités de l'artillerie française
- 4.800 hommes en observateurs et projecteurs
- 2.000 hommes sur les battreies ferroviaires et fixes.
- 2 AA groupes d'artillerie (401 et 402) chacun avec 6 batteries avec 12 canons français 25mm AA chacun. Les groupes sont nommés Batterie 1/401 est à Argentan (Orne) et batterie 2/401 est à Mézidon (Calvados).
Quelques volontaires joignent la Milice en 1944, alors sous Waffen SS et forment unités Flak de la Division Charlemagne

Unités diverses
Unités diverses non-endivisionnées
Der bretonische Waffenverband der SS (SS Bretons) milice bretonne de collaboration avec le nazisme, créée par Célestin Lainé. On l'appelle aussi La Formation Perrot, Perrot Gruppe, Der bretonische Waffenverband der SS ou Die bretonische SS. Les effectifs ne dépassent pas la centaine d’hommes (80 hommes selon Axishistory 3, 66 personnes de la fin 1943 jusqu'en juillet 1944
Les premiers volontaires du Bezen Perrot sont engagés sur le front de Bretagne, depuis le début de l'année 1944. Sur le plan militaire, l'unité dépendant du Sicherheitsdienst (S.D.) de Rennes. L'Obersturmbannfuhrer Pulmer avait la responsabilité directe des unités qui combattaient les maquis de Bretagne. Les soldats du Bezen Perrot s'enrôlent dans le Sicherheitsdienst sous uniforme allemand. L'action de Bezen Perrot n'a duré que six mois.
Stationnés à Rennes pour la garde du siege de la police, trés petite unitée constituée de 80 hommes environs.
Les Waffen SS français
SSWaffen SS
La Waffen-SS est une subdivision d’élite, armée des corps SS nazis (littéralehommest: escouade de sécurité. Au départ, la garde paramilitaire personnelle d'Hitler.).
En juillet 1944, la LVF dissoute par Heinrich Himmler intégre tous les volontaires étrangers dans la Waffen-SS (Celle-ci comprenant déjà un certain nombre de volontaires français depuis le 23 juillet 1943).
3 unités "françaises":
Franz.-SS-Freiwilligen-Sturmbrigade Nr.8 dite Brigade Frankreich (division SS française)
33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne (division Charlemagne composée des anciens LVF)
Der bretonische Waffenverband der SS: unité de SS: armée de nationalistes bretons nazis organisée par le Parti National Breton. Composée d'éléhommests du Bagadou Stourm, de la Bezen Cadoudal et de la Bezen Perrot (du nom d'un abbé nazi exécuté par la résistance communiste), milices bretonnes au service de la police. Morvan Marchal créateur du drapeau Gwen Ha Du encourage la fraternité raciale censée lier la patrie celte à « l’Europe nouvelle », nordique, en train de se construire en Allemagne.
historique des unités sur les fronts
1945
Févrirer z. Vfg. Weichsel Pommern 33e SS
Mars z. Vfg. 3. Panzerarmee Weichsel Pommern 33e SS
avril in Aufstellung SSFHA Neustrelitz 33e SS
Revenir en haut Aller en bas
LRDG



Messages : 260
Date d'inscription : 30/05/2013

MessageSujet: Re: Français sous l'uniforme allemand   Lun 16 Déc 2013 - 14:13

Une petite précision: je ne crois pas que l'on puisse dire que l'abbé Perrot était nazi; on n'a pas de preuve qu'il ait collaboré effectivement avec l'occupant ; c'était en revanche un nationaliste breton virulent. Dans ces conditions, son exécution par les FTP relève bien de l'assassinat.
Revenir en haut Aller en bas
 
Français sous l'uniforme allemand
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Français sous le Second Empire
» BIBET (François) - Sous-lieutenant - 45è de ligne -
» Une américaine se réveille d'un coma en parlant le français
» The Living Matrix (en français sous-titré)
» Marie-Antoinette parlait-elle bien le français ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Mur de L'Atlantique :: Bunker :: Discussions Générales sur le Mur de L'Atlantique-
Sauter vers: