Le Mur de L'Atlantique

Le Mur de L'Atlantique en France, Atlantikwall France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Regard sur la presqu'île de Crozon, part II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ORION

avatar

Messages : 487
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 63
Localisation : Crozon

MessageSujet: Regard sur la presqu'île de Crozon, part II   Ven 13 Mar 2015 - 17:11

Deuxième partie:



L'anse et le port de Morgat sont défendus par l'ancienne redoute de Rulianec et le fortin du Kador, mais également par une casemate  pour pièce de 4,7 cm Skoda à rotule qui prend la plage sous son feu, pièce similaire à celle qui défend la plage de Goulien. Un tobrouk pour sMG est implanté en bordure de la falaise qui surplombe la plage de Morgat. Les hauteurs de Rulianec abritent la troupe, au cœur d'un parc d'une ancienne demeure de style surnommée le château de Rulianec, deux wellblesch et un petit bunker en bord de route. A Crozon on trouve deux bunkers-infirmerie qui possédent encore de nos jours leur croix rouge peinte au-dessus des entrées. Plus à l'est en longeant la baie de Douarnenez, les points d'appuis se succèdent, plage des Abers, île Raguenes, plage de Telgruc etc....
La densité des bunkers est très impressionnante dans la presqu'île, mais il fallut attendre les évènements de 1944 pour qu'elle fut libérée.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Défense de la plage de Morgat, pièce de 4,7 cm Skoda

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pointe du Menhir à Morgat. Bunker observatoire d'artillerie R627 Feld (2eme plan) pour les batteries divisionnaires

UN PEU D'HISTOIRE

Depuis septembre 1943, les bombardements s'intensifient autour de l'aglomération de Brest, y compris sur les positions défensives de la presqu'île de Crozon. Le 23 une quarantaine de bombes tombent sur la base de Lanvéoc, puis ce fut le cycle infernal des lâcher de bombes sur toutes les installations militaires de la presqu'île.
Le 7 août marque la date du début du siège de Brest. La presqu'île de Crozon est soumise à d'intenses bombardements en raison de l'importance de son réseau défensif. Environ 8000 Allemands y occupent des positions stratégiques. Brest est pilonné par l'armée américaine et les bombardements ne cessent de s'amplifier de jour en jour. Du 17 au 26 août, la première ligne de défense est attaquée par les F.F.I. (Forces Françaises de l'Intérieur) qui tentent de gagner les hauteurs, notamment le point fort du Menez-Hom. Brest est défendue par environ 40000 hommes dont 21000 considérés comme étant des soldats d'élite. Parmi eux, la 2eme Division parachutiste composée de jeunes fanatisés. La festung Brest est commandée par le Lieutenant Général RAMCKE, parachutiste de formation, soldat remarquable qui s'est brillamment signalé lors des opérations en crête. Malgré les efforts déployés pour enrayer l'avance inexorable des alliés, la chute de la ville est inévitable. 170 parachutistes débarquent à Roscanvel pour continuer la lutte et consolider le dispositif défensif de la presqu'île. L'assaut principal contre Brest est ordonné pour le 25 à 13 heures avec 3 Divisions, appuyé par des bombardiers moyens et des chasseurs bombardiers. Le cuirassé Warspite participe à l'opération et pilonne la batterie Graf Spee en arrière du Conquet. Le lendemain, la Royal Air Force engage le combat contre les batteries de Crozon. Le pont de Térénez qui enjambe l'Aulne, est détruit dans la nuit du 24 au 25.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bombardement de Morgat

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Déjà en décembre 1941 les bombardiers alliés s'attaquèrent aux infrastructures de Brest, notamment l'arsenal. C'était l'époque du rassemblement des grands navires Allemands, croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau, croiseur lourd Prinz Eugen

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le point d'appui du Menez-Hom qui culmine à 330 mètres et barre la presqu'île sur l'arrière (1ere ligne de résistance allemande)

Le 26 août, de nombreux raids aériens sont signalés sur la pointe Saint-Mathieu, sur la batterie de L'île Longue, sur la pointe des Espagnols, le fort de Cornouaille et fort Robert. La défense antiaérienne allemande est efficace et parvient à abattre plusieurs appareils. Les raids se poursuivent à une cadence d'enfer et le 3 septembre, 16 positions de la presqu'île sont pilonnées sans relâche. 363 bombardiers B17 attaquent sans discontinuer les positions allemandes, principalement les batteries de Trémaïdic, Crozon, Landaouédec, le port de Morgat, Quélern, Kerloc'h et Telgruc-sur-Mer. Les chasseurs-bombardiers alliés poursuivent leurs attaques régulièrement, renforcés par les batteries d'artillerie lourdes installées en position de campagne à Plougastel. Ce même jour marque le bombardement par erreur de Telgruc qui fait 50 victimes. Début septembre, la Force Opérationnelle A progresse à l'entrée de la presqu'île et parvient à dégager la côte 330 (Menez-Hom) sans trop de pertes, les Allemands se repliant sur la deuxième ligne de défense. A la hauteur de Telgruc-sur-Mer, c'est à dire le long de la deuxième ligne de défense, l'élan de la Force A est stoppé par une forte résistance de l'ennemi qui dispose d'une artillerie efficace. Les pièces de 155 mm des batteries divisionnaires de Trémaïdic, Pen ar Menez et Landaouédec sont retirées de leurs casemates et pilonnent les forces alliées. Aucun effort n'est fait du côté américain pour percer cette deuxième ligne de défense et on se contente d'essayer de conserver les positions acquises dans l'attente du déploiement de la 8eme Division. Au cours de la nuit du 11 septembre, les 13eme et 121eme régiments sont retirés du front et rassemblés dans les environs de Plouvien, en vue du transfert de la 8eme Division. Le 2eme bataillon du 28eme d'infanterie est envoyé pendant la nuit dans la presqu'île.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le fameux canon de 10,5 cm Flak C/32 qui arment la majorité des positions antiériennes de la festung Brest. Sur cette photo la batterie Zebra en septembre 1944 située à proximité du pont Albert Louppe

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Casemate R 669 de la batterie de Pen Ar Menez à Crozon. Les pièces de 155 ont été sorties des casemates pour tirer sur les forces alliées. Ce canon est ici orienté vers l'est

Le 14 septembre, la 8eme Division dispose ses forces en vue d'un assaut pour le 15. La Force A lui est rattachée. Avec un front de deux régiments, l'attaque est lancée à 8 heures du matin, sous un ciel nuageux et des averses intermittentes ne permettant pas le soutien de l'aviation. L'opposition est tout d'abord faible du côté Allemand mais vers 10 heures, la ligne de défense est atteinte et les éléments américains sont à nouveau bloqués. La résistance est très vive et ne permets pas d'entammer cette ligne qui s'étend de St.Efflez aux Abers en passant par Tal Ar Groas. Au cours de l'aprés-midi de nouvelles attaques se heurtent à un mur, l'ennemi se défend avec acharnement et conserve ses positions. Aucune percée ne peut être effectuée sur un point quelquonque de la ligne.
Le 16, le général Ramcke, commandant en chef de la forteresse de Brest, rejoint ses paras au Fret et installe son quartier général dans les souterrains de la batterie haute des Capucins.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bombardement des Lignes de Quélern en 1944. En bas de la photo, la batterie de Trémet

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les Capucins sous les bombes. On distingue l'îlot des Capucins en haut de l'image, le fort de cornouaille à droite, et sur la gauche le long de la route, une partie de la batterie haute des Capucins

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Impossible de compter les cratères sur la batterie du Grand Gouin à Camaret. Les canons de 220 ont été détruits par les bombardements

Le lendemain 17 septembre, la 8eme Division déclenche une nouvelle attaque à 07h00 et ne rencontre qu'un feu peu nourri. Les Allemands, au cours de la nuit, se sont repliés vers une autre ligne de défense. Vers midi, le 28eme régiment progresse d'environ 2000 mètres, le 121eme d'environ 3000 mètres. Aucune réaction des Allemands. En début d'aprés-midi la progression reprend jusqu'à la côte 96 qui s'élève à l'Est de Crozon. Le nombre total de prisonniers s'élève à 1333 ce 17 septembre. Même après la chute de Brest, les Allemands continuent à résister, mais cette résistance commence à s'affaiblir et à la tombée de la nuit, le 28eme d'infanterie occupe tout le secteur de Camaret. La batterie du Grand Gouin fait silence, ses pièces de 22 cm déchiquetées par les bombardements et les tirs d'artillerie. La Force A se rend maîtresse du Cap de la Chèvre le 18 pendant que le 2eme bataillon de Rangers nettoie l'île Longue. Le 13eme d'infanterie est détaché et s'élance sur les Lignes de Quélern ce même jour. A midi le 19, le rempart est franchi avec difficulté. On attaque avec des chars et des lance-flammes et le 13eme pousse vers la pointe des Espagnols. Des drapeaux blancs flottent au-dessus des forts vers la fin de l'aprés-midi. Le général Ramcke sort du souterrain des Capucins et envoie une délégation au devant des Américains. 1500 Allemands occupent alors les dessus de l'ouvrage. Le brigadier-général Canham reçoit la reddition de RAMCKE. Les combats sont enfin terminés. Les Américains firent prisonniers environ 225 officiers, 895 sous-officiers et environ 6300 soldats.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Reddition du général Ramcke au fort des Capucins

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le Bunker - ancienne soute à munitions sous roc de la batterie haute des Capucins transformé en quartier général de Ramcke. C'est ici que le commandant en chef de la festung Brest déposa les armes

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
l'entrée du souterrain

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Stèle commémorative à quelques centaines de mètres du souterrain, lieu de signature de la capitulation allemande

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La conquête des Forts de Crozon, ainsi que la capture du Commandant de la garnison de Brest, entraîna la fin de la résistance ainsi que la destruction d'une unité d'élite de l'armée allemande, la 2e Division de parachutistes. La 343e Division allemande d'infanterie ainsi que la 266e Division d'infanterie furent également détruites par le VIIIe Corps Américain au cours de l'opération de Brest et leurs états-majors tués ou faits prisonniers. Le Général Rauch qui commandait la 343e Division et avait pris ses quartiers au Cap de la Chèvre, ainsi que le Général Spang qui commandait la 266e furent tous deux faits prisonniers.
Entre 1940 et 1944, on dénombre sur Brest et son agglomération 165 bombardements et 480 alertes. Le siège de la ville dura 45 jours. L'attaque fut menée par 3 Divisions américaines du VIIIeme Corps d'armée commandé par le général Middleton de la IIIeme Armée U.S.. La ville encaissa 30000 bombes et 100000 obus. Sur plus de 16000 immeubles, seuls 200 restèrent debout dont 4 dans le centre ville.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le site du Grand Gouin après les bombardements. La pièce de 220 est retournée dans sa cuve

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ce qu'il subsiste du fort de Crozon en septembre 1944

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Regard sur une ville détruite

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La base sous-marine de Brest

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le toit de la base sous-marine percé par une bombe Tallboy.


FIN...

Sources iconographiques: Service Historique de la Marine - US Army - ECPA - Bundesarchiv - auteur
Sources bibliographiques: Rapport du VIIIeme Corps d'Armée U.S. du général Middleton en Bretagne
                                   Le Télégramme de Brest
                                   Archives départementales
                                   Patrimoine de Bretagne
Revenir en haut Aller en bas
TARTARIN

avatar

Messages : 1530
Date d'inscription : 04/03/2014
Age : 67
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: Regard sur la presqu'île de Crozon, part II   Ven 13 Mar 2015 - 17:47

Bonsoir,

Bravo pour ce reportage.

A propos de la précision des bombardements, je poste ce fichier PDF qui sera utile à tous.

AVERTISSEMENT : Ce fichier traitant du viseur de bombardement NORDEN a été scanné dans la revue "La Gazette des Armes" N° 54 de Novembre 1977 (38 ans déjà....Je m'en rappelle comme si c'était hier quand je l'ai achetée chez mon libraire Mr. Choukroun...) puis "remastérisé" et remanié par moi-même :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

TARTARIN


Peu importe que le chat soit rouge ou blanc, l'important c'est qu'il attrape les souris.
TENG XIAOPING
Revenir en haut Aller en bas
barchon



Messages : 9
Date d'inscription : 28/02/2015
Age : 63
Localisation : Welkenraedt / Belgique

MessageSujet: Félicitations   Sam 14 Mar 2015 - 2:52

Toutes mes félicitations à Orion pour ce travail en tous points remarquable. On en redemande. Certains sites sont vraiment difficiles d'accès (physiquement). Sur les lignes de Quélern les para's s'en fichent mais la DGSE n'aime vraiment pas les touristes, même sans appareil photo. Ils occupent pourtant un site splendide où il n'y a pas vraiment des grands secrets. Ce qu'ils craignent le plus semble être leur propre identification mais on peut comprendre car leur anonymat protège souvent leur vie.

Cordialement,
Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://fortiff.be
Hobby
Admin
avatar

Messages : 2725
Date d'inscription : 13/09/2012

MessageSujet: Re: Regard sur la presqu'île de Crozon, part II   Sam 14 Mar 2015 - 9:37

Formidable ces images de bombardement.
Je comprends mieux maintenant toutes la roches émiettée dans les abords du fort des Capucins
Revenir en haut Aller en bas
http://lemurdelatlantique.lebonforum.com
labrax

avatar

Messages : 240
Date d'inscription : 16/09/2012
Age : 57
Localisation : charente maritime

MessageSujet: félicitations   Sam 14 Mar 2015 - 13:42

Merci Orion pour ces 2 posts.
c'est précis , de belles images d'archives et d'aujourd'hui.
très enrichissant. quoi dire de plus , sauf que l'on attend les prochains.

une question :comment fais-tu pour avoir accès aux dossiers Bundesarchiv , SHM etc  : abonnement ?
Revenir en haut Aller en bas
ORION

avatar

Messages : 487
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 63
Localisation : Crozon

MessageSujet: Re: Regard sur la presqu'île de Crozon, part II   Sam 14 Mar 2015 - 17:22

@ labrax

Je réponds à ta question:
J'ai épluché le mur de l'Atlantique pendant 10 ans sur le terrain, puis amassé de la doc avec l'association LE MUR/FORTIFS pendant ces 10 années, doc en partie perdue lors de deux déménagements.
Je viens de récupérer environ 500 photos d'époque que j'avais en stock chez mon frère et que j'ai informatisées pour être plus sûr, plus particulièrement sur la Bretagne. Ensuite j'ai les archives du groupe Le Mur/fortifs depuis le début de la constitution de l'association en 1989 que j'ai également récupéré. Enfin j'épluche le net dans tous les domaines, notamment Bundesarchiv, Impérial War Museum, US Army Signal Corps, ECAP D, SHM, National Archives, Archives départementales etc... C'est fou ce que l'on peut trouver sur internet comme doc sur un sujet particulier en fouillant souvent à côté de ce que l'on cherche. Enfin pour le dernier article sur Crozon j'ai trouvé par hasard le rapport du VIIIeme Corps d'Armée Middleton en Bretagne, en recherchant des infos sur les croiseurs de bataille Allemands en poste à Brest en 1941. Il existe aussi sur le net diverses associations ou simplement de personnes qui ont vécus les évènements de 44 et qui racontent leur histoire. Il faut tout éplucher et recouper toutes ces infos pour éviter au maximum les erreurs. Comme quoi c'est souvent en allant voir ailleurs que l'on trouve ce que l'on souhaite, mais je passe des heures à fouiller et à m'en prendre la tête mh mais cela vaut parfois le coup. Je retourne également depuis quelques mois sur le terrain pour prendre des photos, établir des plans et vérifier certaines choses, mais le plus dur est de se frayer un chemin dans l'inextricable réseau d'épineux qui couvre la presquîle, et avec l'âge, je n'ai plus la même vigueur. Je peste parfois tout seul avec mon taille haie mais c'est aussi cela la passion, aller sur le terrain. J'avais lu un article sur la reddition de Ramcke aux Capucins, alors j'y suis allé pour vérifier, première chose à faire car parfois on trouve de tout et n'importe quoi sur le net. L'avantage de l'association créée en 89 à permis à l'époque l'ouverture de certaines portes, notamment aux SHM, ECPA et BA.
Voilà, j'espère avoir répondu à ta question.
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Regard sur la presqu'île de Crozon, part II   

Revenir en haut Aller en bas
 
Regard sur la presqu'île de Crozon, part II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Se libérer du regard des autres
» Nouvelle revue : Regard Animal
» Le regard d'autrui
» Le regard de la religion sur ar-Ruqiya
» le regard de Marie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Mur de L'Atlantique :: Bunker :: Bretagne, Finistère-
Sauter vers: