Le Mur de L'Atlantique

Le Mur de L'Atlantique en France, Atlantikwall France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Technique de construction

Aller en bas 
AuteurMessage
ORION
Chroniqueur Historique
Chroniqueur Historique
ORION

Messages : 764
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 65
Localisation : Crozon

MessageSujet: Technique de construction   Mer 13 Mar 2019 - 14:57

Bonjour,
Petit post sur la construction de la Ligne Maginot.


TECHNIQUE DE CONSTRUCTION



La ligne Maginot est une succession de gros ouvrages, de petits ouvrages, de casemates d'infanterie etc... qu'il a fallu ériger au fil du temps pour en faire un bastion défensif de première importance.
La première idée qui nous vient à l'esprit lorsque l'on se penche un peu sur la construction d'un de ces ouvrages, concerne la construction proprement dite. Nous avons tendance à penser qu'il suffit de creuser la roche horizontalement à partir des entrées (entrée hommes et entrée munitions) puis de continuer dans le même plan jusqu'à l'édification des blocs de combat distant, rappelons le, de plusieurs centaines, voir de plus d'un kilomètre des accès principaux.
Nous prendrons comme référence un ouvrage fictif comportant tous les ensembles que l'on peut trouver dans la réalité. Cet ouvrage comprend deux entrées, une pour les hommes et une pour les munitions, une zone de casernement, usine électrique, locaux vie, le secteur des locotracteurs et de la soute à munitions principale M1, enfin la zone des blocs de combat.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Soulignons que la construction d'un ensemble de cet envergure repose sur des règles établies par les concepteurs, à savoir que les blocs de combat (parties de surface et souterraines) et les entrées sont des sections isolées n'ayant dans un premier temps aucune liaison avec le reste de l'ouvrage. La construction débute donc par le creusement de puits appelés "puits de blocs", de 7,00m sur 5,00m environ destinés à gagner la profondeur souhaitée pour la réalisation des locaux souterrains, puis à permettre la circulation des ouvriers et la réalisation des parties enterrées. On considère qu'il fut construit un puits par bloc de combat. Ils desservent par la suite les ascenseurs, les gaines de ventilation et divers câbles, ainsi que l'escalier de communication vers le bloc de surface construit en dernier.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Puits d'accès de bloc 6 de l'ouvrage du Michelsberg (Y.NOEL)


Parallèlement on creuse de nouveaux puits (puits de service où d'extraction) pour la construction des locaux vie (casernement, infirmerie, usine électrique) à la profondeur adéquat, Ces puits de service servent à l'extraction des déblais et à l'apport des matériaux. On trouve donc plusieurs chantiers isolés les uns des autres.
1 puits de bloc = 1 bloc de combat = 1 chantier par bloc. Aucune autre liaison avec le reste de l'ouvrage.
1 puits de service ou d'extraction =  1 chantier par puits = percement des parties souterraines. Aucune liaison avec le reste de l'ouvrage.
Débute alors le creusement des tunnels horizontalement qui vont se ramifier finalement aux autres chantiers pour aboutir en dernier ressort  sur les entrées. Notons qu'il existe une incertitude à la jonction de deux chantiers. En général elle fut simplement de quelques dizaines de centimètres, ce qui pour l'époque est une prouesse.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sous ce bloc de combat B5 du Simserhof se trouve le puits de bloc de l'ouvrage. Un ascenseur central et un escalier circulaire .


En règle générale le puits d'extraction numéro 1 concerne l'issue de secours appelée également "issue secrète", construction en général d'1,00m x 0,80m qui débouche sur la future galerie principale (parfois greffé sur l'égoût visitable où la galerie d'entrée des câbles) qui va se prolonger jusqu'aux entrées Hommes et Munitions. Plusieurs puits de service sont percés, en moyenne 4 suivant l'importance de l'ouvrage pour ce qui concerne la partie vie, l'usine, l'égoût visitable et les accès (EH et EM). Outre les puits de blocs qui seront utilisés comme élément de liaison entre les parties souterraines et les blocs de combat, ainsi que l'issue de secours, tous les autres puits seront comblés à la fin des travaux.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L'issue de secours d'un ouvrage Maginot (issue secrète)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Issue de secours de l'ouvrage du Billig (SEBACH)


La construction des galeries. Deux méthodes sont généralement employées.

1ere méthode:

Creusement de la galerie au départ du puits d'extraction dans le plan indiqué par les géomètres, étayée par un boisage plus ou moins important suivant la nature du terrain, et sur une certaine longueur, puis on élargi progressivement la galerie jusqu'à sa largeur définitive. Une fois la zone sécurisée, maçonnée et clavée, on attaque la réalisation des piédroits à partir du sol jusqu'à la future voûte. Celle-ci est réalisée par la pose des cintres de coffrage.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Elargissement de la galerie jusqu'aux futurs piédroits


Les pierres sont posées à bain de mortier sur les cintres, puis on procède au déboisage, Reste à bétonnée le radier et à exécuter les enduits.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Maçonnerie des piédroits et de la voûte qui repose sur des cintres


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La maçonnerie est posée par tronçon de 3,20 m


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Réduit d'infanterie du Hochwall. Galerie inachevée. Au premier plan la maçonnerie sur les côtés (piédroits) est pratiquement achevée. Au second plan la galerie sous roc est restée en l'état et en cul de sac (Grami)


2eme méthode de construction des galeries souterraines


Contrairement à la méthode précédente qui consiste à percer les galeries du sol jusqu'aux voûtes, ici le creusement est d'abord effectué de la voûte vers le sol. On perce une première galerie étayée régulièrement au fur et à mesure de l'avancement, puis on élargi le tunnel jusqu'aux dimensions nécessaires à la réalisation de la voûte. Cette pratique offre l'avantage de construire la partie basse des tunnels sous la protection des voûtes. Le coffrage par boisage en forme de cintre est ensuite réalisé et on comble le vide par la pose de moellons enrobés de mortier. Lorsque ce premier cintre est achevé, un nouveau coffrage inférieur est épinglé dans le prolongement du précédent, puis le coffrage du haut est tiré et on recommence l'opération. Ces sections mesurant 1,00m reposent donc sur le sol naturel, et les travaux vont continuer jusqu'à l'obtention de la longueur désirée de la galerie.  
Une fois que la maçonnerie du premier tronçon de voûte est devenu solide on creuse le sol jusqu'à former un semblant de galerie sur laquelle sera posée une voie étroite de 0,60m. Cette voie, au fur et à mesure de la progression des travaux, va permettre l'évacuation des déblais grâce à la circulation de wagonnets.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les travaux débutent par le haut


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Construction de la voûte


La galerie primaire est élargie de chaque côté jusqu'à l'emplacement des futurs piédroits. Le mur de moellons scellés au mortier est alors monté. Dans certains ouvrages les murs sont dotés de piédroits en béton de laitier, résidu de hauts-fourneaux qui rend le béton plus étanche. Il existe également dans certains cas une solution annexe qui consiste à plaquer contre les piédroits des pierres taillées pour éviter l'adjonction d'un enduit.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L'égoût visitable du Galgenberg. Le parement est propre et évite la pose d'un enduit (Pavel J)


L'épaisseur des piédroits varie suivant la consistance du terrain de 0,50 à 0,90 m. La couche de moellons est montée jusqu'à la semelle de la voûte, puis on laisse par endroits des zones libres, c'est à dire sans moellons, conservant la rigidité du sol naturel supportant les voûtes, jusqu'à ce que le mortier des piédroits soit bien sec. Ces piliers sont appelés "stross". L'autre côté de la galerie est monté à l'identique, mais les stross sont décalés pour ne pas se trouver en face les uns des autres. Ces piliers sont abattus progressivement lorsque le mortier est sec et comblés immédiatement. Reste à bétonner le radier de la galerie en tenant compte de la pose du collecteur des eaux usées et de la fixation de la voie étroite de 0,60m.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Montage du piédroit gauche et élimination du Stross


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le Stross est éliminé et on commence la pose du piédroit de droite


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
PO  inachevé de Bremmelbach, galerie recouverte d'un enduit (Grami)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ouvrage du Galgenberg, les galeries ont reçu un parement de pierre. Pas de bétonnage (Pavel J)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La galerie est achevée avec la pose du radier. Canalisations et voie ferrée de 0,60m y sont incorporées. Au plafond le caténaire va permettre aux locotracteurs de circuler sur la voie étroite. Sur les côtés et dans les piédroits, les margelles accueillent les câbles électriques et téléphoniques.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Réduit d'infanterie du Hochwall. Cette galerie montre bien le principe deconstruction. Dans la partie arrière les piédroits en moellons de mortier sont montés. Le cintrage de la voûte est également bien visible. La zone avant sur la photo est simplement creusée dans le roc. Ce tunnel n'a pas été achevé (Grami)  


Le chantier avance dans toutes les directions, les ouvriers travaillent inlassablement. Les tunnels progressent à partir des puits d'extraction jusqu'à la jonction des différents secteurs. Petit à petit l'ouvrage prend forme. Les margelles porteuses des câbles électriques et téléphoniques sont construites. Les locaux vie, casernement, usine, postes de commandement, sont ensuite crépis au ciment.
Les blocs de combat prennent forme, L'ouvrage devient opérationnel.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les grandes galeries d'un ouvrage Maginot dans les années trente.


Sources:
Archives du groupe LE MUR/FORTIFS,
Archives auteur,
Archives du génie d'après documentation de Jean-Louis Burstcher
Revenir en haut Aller en bas
michel44



Messages : 261
Date d'inscription : 15/02/2013

MessageSujet: Re: Technique de construction   Jeu 14 Mar 2019 - 7:50

Bonjour,

Quelle belle illustration pour le sujet. Merci Orion. Cela donne envie de visiter !

Michel
Revenir en haut Aller en bas
Köln
Modérateur
Modérateur
Köln

Messages : 3269
Date d'inscription : 13/09/2012
Age : 46
Localisation : Panzerwerk II

MessageSujet: Re: Technique de construction   Jeu 14 Mar 2019 - 9:19

Salut ,
Très beau et excellent sujet Orion ! C'est clair , net et bien illustré . Franchement .......grd

A plus.......
KÖLN


« Je suis toujours prêt à apprendre, bien que je n'aime pas toujours qu'on me donne des leçons.  »
Winston Churchill .
.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
maxime17

maxime17

Messages : 181
Date d'inscription : 11/10/2018
Localisation : La Rochelle

MessageSujet: Re: Technique de construction   Jeu 14 Mar 2019 - 11:36

Hello !
Merci pour le partage
Comme à chaque fois, condensé ludique, agréable et instructif, bravo ! ppp
Je ne connais pas la ligne Maginot, à part les généralités, comme tout le monde
Mais j'ai bien l'impression qu'il s'agit de structures conséquentes, plus encore que la majorité de celles qui composent l'ATW ?!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Technique de construction   

Revenir en haut Aller en bas
 
Technique de construction
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Technique] conserver des insectes
» construction europénenne
» La montagne comme construction politique
» La Médecine Dans La Rome Antique (en construction)
» doute grammatical : la construction des verbes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Mur de L'Atlantique :: Bunker :: Fortifications Suisses et Ligne Maginot-
Sauter vers: