Le Mur de L'Atlantique

Le Mur de L'Atlantique en France, Atlantikwall France
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Lance-bombes de 135 mm Mle 32

Aller en bas 
AuteurMessage
ORION
Chroniqueur Historique
Chroniqueur Historique
ORION

Messages : 803
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 65
Localisation : Crozon

Lance-bombes de 135 mm Mle 32 Empty
MessageSujet: Lance-bombes de 135 mm Mle 32   Lance-bombes de 135 mm Mle 32 EmptyVen 5 Avr 2019 - 13:06

Ligne Maginot. Au pied d'un bloc d'artillerie.

Devant nous, le souterrain est fermé par un sas étanche qui donne accès au local des tableaux électriques et aux différentes salles formant une grande soute à munitions. Dans cette soute appelée Magasin M2, au pied d'un bloc de combat armé d'une tourelle bitubes à éclipse et d'une pièce de 135 mm sous créneau, notre imagination se met à travailler. Les formes prennent soudain naissances, s'animent pour nous rappeler le monde de 1940. Le bruit devient plus fort et se transforme en de nombreuses voix qui se perdent dans notre esprit brumeux. La température augmente sensiblement et nos yeux s'ouvrent sur le passé. Nous sommes invisibles et pourtant nous circulons librement au milieu des êtres apparus comme par enchantement.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bloc de combat, niveau galerie profonde


Dans la soute qui contient 2400 projectiles de 135 mm modèle 1932, des châssis à plateaux contenant les obus circulent sur des monorails aériens jusqu'aux deux monte-charges qui doivent les propulser vers la surface (chacun de ces monte-charges peut contenir 3 châssis). La température est douce et clémente car l'endroit est chauffé pour éviter un excès d'humidité pouvant dégrader la qualité des poudres. Le va et vient des plateaux se fait par les monorails; dans un sens les châssis vides en provenance des chambres de tir, dans l'autre sens l'approvisionnement des monte-charges en châssis pleins. Le reste des locaux est occupé par les dépôts de munitions de rebuts etc...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le bloc 9 du Hackenberg et son créneau pour 135 mm Mle 32 (Pavel jean)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Monorail au magasin M2 (Pavel Jean)


Lorsque la nécessité d'un tir se fait sentir, le poste de commandement général de l'ouvrage reçoit toutes les informations recueillies par des observatoires éloignés (ex: blocs Observatoires d'un ouvrage voisin). Ces informations sont dépouillées par le service de renseignement d'artillerie (S.R.A.) et inscrites systématiquement sur les cartes topographiques. L'ordre de tir est alors transmis au bloc de combat par l'intermédiaire d'un P.C. secondaire situé au pied du bloc. Les observatoires sont reliés téléphoniquement à ce P.C. qui reçoit en permanence les indications concernant la progression de l'ennemi.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Central communications en 1940


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
PC SRA Service de Renseignement de l'Artillerie


Les "Lecteurs" déterminent la distance et la direction de l'objectif par rapport à la tourelle de 135 mm qui équipe le bloc de surface, et prennent également en considération la différence d'altitude entre cette tourelle et le but à atteindre. Dans le même temps, les "Calculateurs" analysent les corrections à apporter pour que le tir soit efficace (angle de hausse, balistique) et les éléments ainsi corrigés sont transmis au chef de tourelle par l'intermédiaire d'un transmetteur d'ordres "Carpentier".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dessin d'un bloc d'artillerie équipé de Lance-Bombes de 135 mm


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Légende du plan ci-dessus:
1, poste de pointage de la tourelle de 135
2, préparation des munitions
3, poudre-charges
4, obus et douilles
5, accès à la cloche GFM (Guet Fusil Mitrailleur)
6, escalier
7, puits d'accès (monte-charges)
8, créneau de protection de l'issue de secours
9, accès à l'issue de secours
10, issue de secours
11, chambre de tir du 135 sous casemate
12, débarras
13, coffre de flanquement
14, fossé diamant


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Transmetteur d'ordres Carpentier (Sebach)


Dans la tourmente qui s'est emparée de nous, le temps ne compte plus. Nous voguons sur une mer houleuse sillonnée de vagues énormes nous obligeant à gravir les 143 marches d'escalier du puits vertical menant au bloc d'artillerie. Là, au premier niveau de cette masse de béton qui nous entoure, règne une intense agitation. Le bloc lui-même comprend trois niveaux, un étage inférieur en sous-sol, un étage intermédiaire et un étage supérieur.
L'étage inférieur abrite différents locaux, chambre de repos, sanitaires, magasin à vivres, réservoir d'eau, chambre de sous-officiers, mécanisme de mise en batterie de la tourelle, ventilateurs et batterie de filtres. L'étage supérieur est réservé à la chambre de tir des deux tubes de 135 de la tourelle à éclipse. Entre ces deux niveaux un étage intermédiaire concentre les soutes à munitions M3, la chambre de tir d'une pièce de 135 en casemate, une issue de secours protégée par une grille et une porte blindée, seul accès direct avec le monde extérieur, un créneau FM (fusil-mitrailleur) battant le fossé Diamant, et enfin l'accès à deux cloches GFM (Guet fusil-mitrailleur).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bloc 4 de Molvange, mécanisme du monte-charges (Pavel Jean)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Créneau et lance-bombes de 135 mm du bloc 9 du Hackenberg. Vue arrière de la pièce avec sa goulotte d'évacuation des douilles. Sur la droite derrière la goulotte on notera un contrepoids permettant l'équilibrage du volet d'embrasure (Pavel Jean)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La même chambre de tir sous l'occupation allemande


La pièce de 135 modèle 1932 en casemate a pour objectif le flanquement du bloc de combat. C'est une arme courte à tir courbe équipée d'un culasse à coin semi-automatique, dont la gueule est fermée par un volet blindé. La sécurité de l'embrasure de tir dépend d'un contour métallique d'environ 3 tonnes, supportant une plaque de blindage de 10 cm.
La pièce mise en batterie nécessite la présence de 8 hommes et se manœuvre à bras. Elle offre un champ de tir horizontal de 50 grades (Unité d'arc équivalent au centième d'un quadrant), et 0 à +45° grades en vertical.
La culasse à coin horizontal s'ouvre automatiquement et est prolongée sur l'arrière par une goulotte recueillant les douilles éjectées. En mouvement de translation latérale, la goulotte suit l'évolution du tube.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le bloc B13 du Hochwald (Grami)


L'arme, pour sa mise en service, requiert la présence de 8 personnes dont : Un chef de pièce, pointeur, tireur, chargeur, artificier, pourvoyeur et 2 auxiliaires.
Caractéristiques: 
Longueur tube 1,145 m
Portée, 5600 m 
Chargement manuel
Masse oscillante 288 kg
Cadence de tirs, 6 coups/minute par pièce 
Pas, 16 rayures droite 
Inclinaison, 8° 
Refroidissement, 250 litres d'eau/jour 
Munitions: 
Obus A en acier modèle 1930 de 19 kg, contenant 5,495 kg d'explosif 
Obus AO en acier modèle 1931 de 17 kg, contenant 4,575 kg d'explosif (fausse ogive) 
Douille courte à charge propulsive formée d'anneaux de Balistite. La munition se compose d'un obus explosif avec détonateur (fusée d'ogive).


LA TOURELLE A ECLIPSE
 
Prouesse technologique de l'électro-mécanique, la tourelle à éclipse de 135 est l'élément principal du bloc d'artillerie. Elle offre la possibilité d'un tir sur 360° et son mécanisme en est fort simple. Un balancier muni d'un contre-poids à l'une des extrémités et la tourelle à l'autre, se trouvent en position d'équilibre indifférent. Il suffit d'un petit moteur électrique doublé d'une commande manuelle (en cas de panne de courant) pour manœuvrer l'ensemble. 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Voici résumé globalement les différents stades de mise en batterie de la tourelle, en commençant par un récapitulatif de l'appareillage des trois niveaux du bloc (tourelle uniquement).
Etage inférieur : Le balancier d'éclipse avec son contre-poids et un système de verrouillage évitant le tir pendant les manœuvres.
Etage intermédiaire : Le magasin M3, appareils de pointage et système d'approvisionnement. La préparation des munitions est effectuée à ce niveau, et consiste à visser les fusées sur les obus, et à sertir l'obus dans la douille. 600 projectiles sont ainsi stockés de part et d'autre du couloir d'accès.
Etage supérieur : La tourelle, constituée d'une muraille d'acier de 11 tonnes (épaisseur 30 cm) sur laquelle est vissée une toiture sphérique de 14 tonnes (épaisseur 30 cm). Son diamètre intérieur est de 2,10 m.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tourelle à éclipse du bloc 4 de Molvange (Pavel Jean)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tourelle éclipsée


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Etage inférieur du Michelsberg (Noël Yves)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
B6 du Michelsberg, étage intermédiaire (Noël Yves)


Les éléments de cette mécanique comprenant les divers mécanismes (43 tonnes), contre-poids 6 tonnes, corps de tourelle 6 tonnes, muraille, toiture et voussoirs d'avant-cuirasse (85 tonnes), pèsent la bagatelle de 163 tonnes. La tourelle s'élève de 54 cm. Les deux tubes de 135 équipant la partie mobile, sont destinés à assurer la sécurité d'un secteur défini couvert dans son intégralité. Chaque pouce de terrain est sous le feu des canons qui interviennent également au profit des ouvrages voisins. La préparation du tir et le tir proprement dit, nécessite 21 canonniers dont  le chef de tourelle, 5 sous-officiers et 15 servants.
Les douilles utilisées sont versées dans une goulotte jusqu'à l'étage intermédiaire, puis via un toboggan jusqu'au pied du bloc.
Sur toute la Ligne Maginot, 17 tourelles de 135 modèle 1932 furent implantées dans des zones sensibles. 
Il est concevable que les armes utilisées dans ce bloc d'artillerie soient à l'abri d'une épaisse couche de béton. En conséquence, les murs exposés aux coups donc à l'ennemi, ont une épaisseur de 3,50 m. Les voûtes intérieures sont garnies de plaques métalliques pour éviter la chute de fragments causés par les explosions de surface. La paroi opposée au feu de l'adversaire est traitée en épaisseur de 1,50 m. Dans cette façade, une issue de secours facilite le départ des patrouilles et débouche sur un large fossé de 3 m de large (fossé Diamant). Il interdit la pénétration de l'ennemi dans le bloc et évite l'éclatement des projectiles devant l'embrasure de tir du 135. Cette façade est sous le feu d'un créneau FM 24/29 et de goulottes lance-grenades.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Plaque du bloc 11 de Métrich (Burscher JL)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bloc 9 du Hackenberg (Pavel Jean)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Pied du bloc 4 de Molvange, monte-charges et escalier (Pavel Jean)


Le sommet de l'ouvrage est défendu par deux cloches cuirassées assurant la défense des dessus. Elles sont équipées d'un FM 24/29 avec un stock de 10000 cartouches, et pourvues; l'une d'un périscope F2 de grossissement 1,1, et l'autre d'un périscope de grossissement 7. Ces cloches d'un diamètre de 1,20 m pour des murs d'acier de 30 cm, pèsent chacune 26 tonnes. Elles sont traversées par trois créneaux décalés de 72°.L'ensemble toiture du bloc est recouvert d'une couche de terre de 20 cm favorisant la pousse de la végétation, et contribuant ainsi au camouflage de l'édifice. Ce camouflage, dont l'art consiste à intégrer la construction au cœur même du paysage, est réalisé soit; avec d'imposants filets, soit avec l'emploi massif de la peinture, ou encore par la pose de volets d'acier et de grillage devant les embrasures de tir.
Ainsi protégée, la garnison est à l'abri des projectiles de tous calibres. Elle n'en est pas moins sujette à toutes les corvées qui sont la plaie de tous les militaires. En régime "air pur", le bloc est ventilé naturellement, mais en période de combat (régime air gazé), il faut renouveler l'air intérieur. En effet, la vie en commun d'un groupe de personnes, l'oxyde de carbone dégagé par les pièces et l'attaque de l'ouvrage par des gaz extérieurs, peuvent provoquer des asphyxies. Le bloc est donc équipé d'une prise d'air et d'une batterie de filtres. Des ventilateurs assurent le renouvellement de l'air et permettent une légère surpression des locaux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Réceptable pour les douilles usagées (Pavel Jean

Sources:
Archives auteur
La Ligne Maginot, J.Y Mary
Documentation LE MUR/FORTIFS. Le lance-bombes de 135 mm, n°4 juin 1990
Documentations ouvrages du Hackenberg, de Fermont, Immerhoff ,
Alsace, Ligne Maginot, fort du Schoenenbourg
Wikimaginot
Revenir en haut Aller en bas
morin etienne belfra
Modérateur - Spécialiste en Bunker
Modérateur - Spécialiste en Bunker
morin etienne belfra

Messages : 4165
Date d'inscription : 08/10/2012
Localisation : normandie

Lance-bombes de 135 mm Mle 32 Empty
MessageSujet: Re: Lance-bombes de 135 mm Mle 32   Lance-bombes de 135 mm Mle 32 EmptyVen 5 Avr 2019 - 13:28

Merci topic fort intèressant lrl


{-----------------------------------------------------------------------------------------------}
 

un Homme de basse condition qui se comporte avec arrogance et orgueil est copieusement détesté
un Homme de grande condition qui se comporte avec modestie est hautement respecté.
Revenir en haut Aller en bas
Hobby
Admin
Hobby

Messages : 2979
Date d'inscription : 13/09/2012

Lance-bombes de 135 mm Mle 32 Empty
MessageSujet: Re: Lance-bombes de 135 mm Mle 32   Lance-bombes de 135 mm Mle 32 EmptyVen 5 Avr 2019 - 15:11

Génial cette étude ; merci Orion !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Alors que ... [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://lemurdelatlantique.lebonforum.com
Contenu sponsorisé




Lance-bombes de 135 mm Mle 32 Empty
MessageSujet: Re: Lance-bombes de 135 mm Mle 32   Lance-bombes de 135 mm Mle 32 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Lance-bombes de 135 mm Mle 32
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Mur de L'Atlantique :: Bunker :: Fortifications Suisses et Ligne Maginot-
Sauter vers: